Une histoire de religion

Ce matin-là, en arrivant, j’ai trouvé un service de chirurgie en pleine ébullition. La relève a annoncé la couleur : « On va avoir une intifada dans le service ». Les filles se disputaient… « La cadre n’aurait jamais dû faire ça, c’est un manque de respect. » ; « Pas du tout ! Ils sont à l’hôpital public, alors ils s’adaptent. » ; le tout avec de vieux relents racistes, à l’occasion… Je finis par me faire expliquer la raison de cet émoi.

Hier est entrée dans le service, en attente de son opération, une patiente juive pratiquante – « trèèèèèèès pratiquante ». Hasard de la gestion des lits, dans la seule chambre de femmes à avoir une place libre, l’autre lit est occupé par une patiente opérée depuis peu, musulmane pratiquante – « trèèèèèèès pratiquante ». Et l’on s’attend à tout moment à une explosion, quand les familles respectives se rencontreront… Bien entendu, pour extrapoler ainsi, on fait surtout appel à nos propres représentations mais personne n’a été leur demander à elles comment elles vivent cette cohabitation forcée. J’en fais la remarque et bingo, on me propose de prendre la chambre dans mon secteur, puisque je fais la maligne…

Un langage universel

Elles feront taire les mauvaises langues dans la journée, au cours de laquelle tout sera absolument calme. Les patientes se jaugent avec une froideur polie, mais pas différemment de vous et moi face à une telle promiscuité soudaine ; les familles se font discrètes, chacune dans son territoire. Et petit à petit, la glace va se briser entre ces deux jeunes et jolies brunes : chacune a un petit garçon, d’âge relativement proche et de turbulence égale, qui vient lui rendre visite. Un regard de maman est un langage universel, qui passe la barrière des cultures (surtout quand on s’en souvient avant d’envoyer ses enfants combattre les enfants des autres – mais ceci est un autre débat).

Une certaine cordialité et surtout, un grand respect s’installe dans cette chambre, sous mon oeil amusé. Mes deux patientes ont tant en commun, avec leurs cheveux dissimulés et leurs prières ferventes, leur pudeur à fleur de peau, qu’il m’arrive de penser qu’elles pourraient être deux soeurs quand je dépose, à l’heure du repas, les plateaux hallal et cacher

« Ne t’inquiète pas,
tout va bien se passer. »

La politesse distante s’est écroulée d’un coup, le jour de l’intervention chirurgicale de la patiente juive. Quand j’entre ce matin-là, afin de la préparer pour le bloc, elle éclate en sanglots. C’est très fréquent, comme réaction ; aussi je prends le temps, je m’assieds au bord du lit, je lui parle doucement… Et depuis le lit d’à côté, l’autre patiente se lève en boitant et vient s’asseoir près de nous, prend la main de sa voisine :

« Ne t’inquiète pas, tout va bien se passer. Je le sais parce que j’ai prié pour toi ! Tu sais, Il n’est pas comme on dit. Allah aime tout le monde, et il va veiller sur toi. » Le tout, dit avec cette conviction pure des vrais croyants qui m’émeut toujours un peu. La patiente s’apaise et remercie chaleureusement sa voisine pour ses prières ; il est temps pour l’infirmière de se retirer discrètement… Autant vous dire que sous la double égide d’Allah et de Yahvé, l’opération se devait d’être un franc succès.

J’ignore si elles sont restées en contact, et j’en doute : cette amitié serait compliquée à introduire dans leurs vies respectives. Mais je pense qu’elles ont gardé dans un coin de leur coeur, tout comme moi, cet instant de grâce qui me fait dire que j’ai raison d’avoir foi… en l’Homme, et de faire de la tolérance ma religion.

Parce que je crois profondément que plus les temps sont durs, plus nous nous devons d’être positifs, que ce texte soit mon hommage aux victimes de Toulouse.

Advertisements

9 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. bouzou
    Mar 24, 2012 @ 09:40:08

    Ce texte tombe au bon moment ! Merci !

    Répondre

    • Linoa
      Mar 24, 2012 @ 10:56:54

      J’avais ce texte depuis quelques jours, je ne comptais pas spécialement le publier tout de suite mais ça m’a paru approprié…. Et surtout ça m’a fait du bien de réagir!

      Répondre

  2. bouzou
    Mar 24, 2012 @ 11:21:18

    Et c’est, comme toujours, fait avec justesse, modération et intelligence !

    Répondre

  3. Lydie
    Mar 24, 2012 @ 12:03:16

    Bravo Linoa, c’est très délicat et très vrai bien sûr. C’est effectivement le bon moment pour publier ce témoignage.

    Répondre

  4. Pezito
    Mar 24, 2012 @ 22:48:24

    Pour la petite histoire, sur l’original de ce tableau de Norman Rockwell figure la phrase (en anglais) : « Agis envers les autres comme tu voudrais qu’ils agissent envers toi ». Un message aussi simple qu’efficace… Si seulement cette règle d’or était appliquée par tous !

    Répondre

  5. Céline
    Mar 25, 2012 @ 10:07:14

    Ouh la la… j’ai les larmes aux yeux de bon matin… Tu crois que c’est un déséquilibre hormonal ?! 😄
    C’est drôle car j’ai eu exactement la même réaction que toi ce jour-là en lisant le début du texte : je me suis dit « Mais elles s’étaient plaintes, les patientes, ou quoi ?… »
    Belle illustration qu’il faut lutter contre les idées préconçues et ne pas se dire que les gens n’aspirent qu’à une chose : se foutre sur la tronche… Pezito, je suis tout à fait d’accord avec la phrase “Agis envers les autres comme tu voudrais qu’ils agissent envers toi”, je ne sais pas si c’est religieux à la base mais en tout cas je la sors très régulièrement à mes élèves !

    Répondre

  6. heidi70
    Avr 27, 2012 @ 13:32:06

    je suis toute émue par ce récit… toutes les valeurs (professionnelles) en lesquelles je crois sont présentes dans ton texte: écoute, tolérance, non-jugement et respect… je crois aussi que de connaître l’autre permet de ne pas en avoir peur…

    Répondre

  7. madamepimpin
    Nov 23, 2012 @ 12:21:20

    Bon, je viens de lire 4 articles et je finis en larmes (et je sais bien que ce n’est pas qu’une histoire de gavage d’hormones !). Vais faire une petite pause ! Mais je reviendrai, j’aime beaucoup ton style d’écriture. Et merci pour cet article. Tant de gens autour de moi flirtent avec les frontières du racisme que j’ai arrêté d’essayer de les convaincre. Ça me donne envie de reprendre le flambeau 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

copyright © linoa13.wordpress.com
Aucun élément de ce site ne saurait être reproduit sans l'autorisation expresse et préalable de son propriétaire.