Derrière la barrière

barrière

Il avait une vingtaine d’années, précisément l’âge de mon frère. Il faisait le même métier, un boulot assez dangereux, et il s’était gravement blessé au cours de son exercice. C’est ainsi qu’il avait atterri dans un fauteuil roulant et qu’on l’avait, par la suite, hospitalisé dans le service de rééducation où je travaillais. Plus

Publicités

À l’hôtel

room service

Souvent, les soucis d’hôtellerie constituent une pierre d’achoppement entre le personnel paramédical et les patients. Il est rare, finalement, que les tensions découlent d’une divergence d’opinion sur la bonne manière d’effectuer un pansement ou l’hygiène d’une pose de perfusion. Plus

Une dose d’humour

Ah ! l’humour, cette arme à double tranchant. Indispensable dans la plupart des situations (par exemple, le sondage urinaire chez un homme me demande souvent d’avoir une dose d’humour bien solide), il est parfois utilisé aussi pour faire mal ou mettre mal à l’aise… Plus

Biohazard

Aux patients qui, régulièrement, s’inquiètent de savoir si avec mon métier, je ne suis pas tout le temps malade par contagion, je réponds généralement en riant que même les microbes ont peur des infirmières ; et que moi, je n’ai pas peur des microbes. La réalité est, bien sûr, un peu différente mais j’ai quand même bien peu de raisons d’être inquiète – et pour cause… suite

Ne juge pas

S’il ne devait y en avoir qu’un – un seul principe, une seule valeur clef, un seul commandement pour comprendre l’essence de la profession d’infirmière, pour moi ce serait celui-ci : ne profère pas de jugement de valeur. Quand on fait ses premiers pas à l’hôpital, on est plein de certitudes. Le Bien. Le Mal. Ce qui se fait, ne se fait pas. La « bonne » façon de mener sa vie. Et puis on découvre ; on déchire l’écran que les médias tissent pour nous, où l’on nous projette l’image du cancéreux, du mourant, du séropositif, du bon ou mauvais parent, du vieux, de l’alcoolique… Et on réalise qu’il n’existe pas une façon de mener sa vie mais une multitude, et qu’au fond, on est bien petit et insignifiant pour trier les bons et les mauvais comportements, les gentils et les méchants. suite

Nine… emmène-moi avec toi !

Au cours de la formation en soins infirmiers, la maison de retraite que l’on appelle pudiquement EHPAD (Établissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes) est pratiquement un passage obligé… Un passage redouté, aussi, car c’est souvent là que la jeune infirmière fera la connaissance des aspects les plus difficiles de son futur métier : l’âge, la déchéance physique ou mentale, les réalités du corps aussi. Pourtant, un stage en maison de retraite peut être merveilleusement enrichissant, pour peu qu’on aime le contact avec les personnes âgées. Pour peu que, loin d’y voir un mouroir, on y découvre un lieu de vie et des personnes qui sont là, bien vivantes ; avec leurs opinions, leurs souvenirs mais aussi leurs projets. suite

Placebo

Cet article a été rédigé à la demande de Medscape.fr, site d’actualités médicales s’adressant aux professionnels. Je vous conseille cette lecture pour approfondir le sujet. N’hésitez pas à leur rendre une petite visite !

Ah ! Les médicaments génériques… On pourrait les croire entrés dans les moeurs ; il suffit de passer la porte d’un service pour se convaincre du contraire ! En réalité, beaucoup de gens ont un rapport quasiment affectif avec leurs médicaments. Combien ai-je eu de patients chroniques attachés à une « vieille » spécialité, qui refusent le nouveau traitement pourtant bien plus performant ? Qui persistent à prendre un médicament non remboursé et non efficace ? C’est aussi, souvent, le reflet de la confiance qu’ils accordent à leur médecin. suite

Previous Older Entries

copyright © linoa13.wordpress.com
Aucun élément de ce site ne saurait être reproduit sans l'autorisation expresse et préalable de son propriétaire.