Elen síla lúmenn’ omentielvo

langue Quenya

Trois heures du matin. Il est trois heures du matin et Roxane, âgée de deux jours, ne veut toujours pas dormir ! Dans son lit, dans les bras, contre Papa : elle pleure, pleure, pleure. Et Maman, qui a eu un accouchement difficile puis deux jours de visites à la chaîne, est épuisée et pleure, pleure, pleure. Plus

Publicités

Les pieds nickelés au don du sang

Pour une fois, sortons du cadre de l’hôpital : l’anecdote d’aujourd’hui est issue de ma vie privée… Mais pour autant, pas sans rapport avec le médical.

J’avais décidé, comme régulièrement, d’aller donner mon sang quand j’ai reçu un texto de l’EFS avertissant, justement, d’une baisse des stocks en-dessous du niveau critique. Autant faire ma bonne action jusqu’au bout, en motivant plus de monde ! suite

Une histoire d’ictère

Encore une brève où je passe pour une quiche. Des comme ça, j’en ai plein… Ça devrait peut être m’inquiéter, d’ailleurs…

En maternité, il n’y a pas beaucoup de soins systématiques et ce, pour une bonne raison : les bébés qui s’y trouvent sont en bonne santé. Mais les risques sont présents et le coeur du travail, c’est la surveillance, l’observation fine, l’examen clinique des nouveaux-nés pour dépister le moindre souci. C’est presque une course contre la montre car pour une raison économique (qui, pour le coup, me dépasse complètement), le but est de réduire au maximum le temps de séjour des jeunes mamans. On a donc trois jours pour renvoyer à la maison une maman en bonne santé, un bébé en pleine forme, et un allaitement qui roule. suite

Le jour où j’ai raté la relève

La relève. Le coeur de votre journée d’infirmière. C’est ainsi que vous la commencez, plus ou moins fraîche et dispose, vers les sept heures du matin.

Si vous êtes sympa, vous êtes arrivée un peu avant pour vos collègues de nuit épuisées. On rigole un peu, on essaye de rendre le moment convivial, on est attendues avec du café… Puis on se lance dans le vif du sujet : les patients. Il ne faut pas en perdre une miette, chaque information est importante, parfois vitale ; celui-ci ira au bloc, celui-ci va mieux, celui-là est à surveiller plus étroitement… Bosser sans faire de relève, c’est prendre en charge un service d’inconnus – bref, strictement impossible ! suite

Une histoire de rendez-vous

J’ai un peu l’impression de mettre en ligne des histoires déprimantes, en ce moment ! Aujourd’hui, pour changer, je vous propose une histoire où je passe pour une quiche ; ça remonte à mon premier job d’été, bien avant mes études d’infirmière… suite

L’habit ne fait pas le moine

papibébé

Parfois, on devrait tourner cinq ou six fois sa langue dans sa bouche avant de parler…

En stage en néonatalogie, je m’occupe du petit Santiago ; je dois lui faire une toilette en couveuse. J’apporte donc mon matériel, et j’invite la maman à assister au soin. suite

L’éducation thérapeutique

Ça, c’est vraiment mon truc : l’éducation thérapeutique, c’est à dire le rôle pédagogique de l’infirmière. Cela englobe les conseils qu’on donne mais c’est surtout une véritable démarche sur le long terme, qui permet parfois de faire chuter quelques idées reçues. Mon autre truc ? Lutter contre la douleur ; je suis très performante sur les antalgiques. Et ce jour-là, j’ai bien cru que j’avais allié les deux… sauf que… suite

copyright © linoa13.wordpress.com
Aucun élément de ce site ne saurait être reproduit sans l'autorisation expresse et préalable de son propriétaire.