Derrière la barrière

barrière

Il avait une vingtaine d’années, précisément l’âge de mon frère. Il faisait le même métier, un boulot assez dangereux, et il s’était gravement blessé au cours de son exercice. C’est ainsi qu’il avait atterri dans un fauteuil roulant et qu’on l’avait, par la suite, hospitalisé dans le service de rééducation où je travaillais. Plus

Ne juge pas

S’il ne devait y en avoir qu’un – un seul principe, une seule valeur clef, un seul commandement pour comprendre l’essence de la profession d’infirmière, pour moi ce serait celui-ci : ne profère pas de jugement de valeur. Quand on fait ses premiers pas à l’hôpital, on est plein de certitudes. Le Bien. Le Mal. Ce qui se fait, ne se fait pas. La « bonne » façon de mener sa vie. Et puis on découvre ; on déchire l’écran que les médias tissent pour nous, où l’on nous projette l’image du cancéreux, du mourant, du séropositif, du bon ou mauvais parent, du vieux, de l’alcoolique… Et on réalise qu’il n’existe pas une façon de mener sa vie mais une multitude, et qu’au fond, on est bien petit et insignifiant pour trier les bons et les mauvais comportements, les gentils et les méchants. suite

Une histoire de pêche

Cette histoire prend place durant un stage en rééducation, une spécialité que j’apprécie tout particulièrement. Dans quel autre service a-t-on ce luxe, si ce n’est en rééducation, de voir les patients arriver sur un brancard et repartir sur leurs pieds ?

Plus

copyright © linoa13.wordpress.com
Aucun élément de ce site ne saurait être reproduit sans l'autorisation expresse et préalable de son propriétaire.